• dreamgroup
  • August 22, 2016

Richard Galliano revisite Mozart à l’accordéon et au bandonéon

Troisième volet très attendu de la trilogie des enregistrements classiques du plus jazzy des accordéonistes, l’album “Mozart” est un événement parmi les sorties classiques de ce premier semestre.
Maestro incontesté de l’accordéon jazz, Richard Galliano a commencé par la musique classique avant d’orienter sa carrière vers le jazz et la variété. Il a ainsi collaboré avec Michel Petrucciani, Michel Portal, mais aussi Claude Nougaro, Barbara ou Juliette Gréco pour ne citer qu’eux.
C’est un répertoire très populaire que Richard Galliano choisit d’enregistrer, entouré de musiciens de talent, dans une formation intimiste. Découvrez “Une petite musique de nuit” ou encore la célèbre “Marche turque” (3e mouvement de la Sonate pour piano n°11) comme vous ne les avez jamais entendus !

Richard Galliano, nouvel album “Mozart”, maintenant disponible

« Jouer Mozart à l’accordéon et au bandonéon ! Il est vrai que ce n’est pas une chose courante. Le public a du mal à l’imaginer… Les accordéonistes en ont-ils peur ?
Pourtant jamais une musique ne m’a paru aussi évidente à interpréter.
Comme les compositions de J.S. Bach, Mozart “sonne” merveilleusement bien à l’accordéon.
Depuis l’enregistrement de “Piazzolla Forever”, j’ai découvert cette formule de quintet ou sextet + accordéon ou bandonéon.
Aujourd’hui, je considère cela comme ma formation de base ; le quintet ou le sextet constituant un “écrin” majestueux qui ouvre à mon instrument un univers musical inhabituel mais finalement très naturel.
A l’image de mes précédents disques sur Bach ou Vivaldi j’ai tout d’abord adopté une attitude de “mélomane” en choisissant tout simplement les œuvres qui me touchaient le plus.
Pour la célèbre “Marque Turque”, nous l’avons abordée d’une manière presque “orale”, en mettant en évidence son côté “danse” et festive comme on jouait, il fut un temps, dans les caf’conc’ des années 1900.
La mélodie de l’Adagio pour flûte et trio en si mineur est un pur joyaux musical et son accompagnement tout en pizzicati relève du génie.
“La Petite Musique de Nuit”, tellement jouée, tellement célèbre, avait peut-être besoin d’un sang nouveau ? Je pense que l’unisson de l’accordéon lui apporte réellement un nouvel éclairage. “Laudate Dominum”, je ne vous cache pas que j’ai pensé à Astor Piazzola et son émouvant “Oblivion” lorsque j’ai décidé de le jouer au bandonéon. Le bandonéon prenant la place de la voix soliste, quant à l’orchestration j’ai simplement procédé à une autre distribution des parties musicales : la partie de basson au violoncelle, le violon jouant la partie des contralto dans les chœurs, et deux voix au bandonéon. Les parties de violons I et II restent inchangées.
Le Concerto pour clarinette, voici le véritable “challenge”. Morceau de bataille de tous les clarinettistes depuis des décennies. Pourtant aucun d’eux ne joue la partition originale écrite par Mozart ?!
On sait que Mozart l’avait composée pour un instrument qui n’existe plus : le Cor de basset (qui possédait une extension de tessiture plus grave).
J’ai retrouvé la partition originale qui s’adapte à merveille à l’accordéon. Il ne faut pas oublier que l’accordéon est un instrument à anches et à vent (en plus d’Être polyphonique).
Toujours accompagné de la formation de Quintet à cordes emmenée par le talentueux Bertrand Cervera au violon solo, plus intime, plus “chambriste”, le son de l’accordéon “basson in cassoto” se trouve sublimé.
C’est mon humble avis ; le partagerez-vous ? Je l’espère.
Enfin cette composition pour Glassharmonika est-ce une prémonition ? En Italie l’accordéon se nomme “la fisarmonica”.
Merci Mozart. »
Richard Galliano

– TRACKLISTING –

01. Marche turque (Sonate pour piano n°11 en la majeur, K.331)

Quatuor n°1 en ré majeur et trio de cordes, K.285
02. Adagio

Sérénade n°13 en sol majeur, K.525 ‘Petite Musique de Nuit’
03. Allegro
04. Romanze (Andante)
05. Menuetto (Allegretto)
06. Rondo (Allegro)
07. Laudate Dominum (Vêpres solennelles d’un confesseur, K.339)

Concerto pour clarinette en la majeur, K. 622
08. Allegro
09. Adagio
10. Rondo

11. Adagio pour glass harmonica en do majeur, K. 356/617a

Richard Galliano, accordéon (01-06, 08-11), bandonéon (07)
Bertrand Cervera, violon
Stéphane Hénoch, violon
Jean-Paul Minali-Bella, alto
Raphaël Perraud, violoncelle
Sylvain Le Provost, contrebasse

Enregistré à Montreuil au studio Sequenza en janvier 2016.

– CONCERT –

Retrouvez Richard Galliano en concert à Paris, le 4 décembre 2016 au Théâtre des Champs-Elysées et à la Folle Journée de Nantes en février 2017.

Richard Galliano tourne toute l’année sur différents projets jazz et classique (environ 15 concerts par mois)

0 Comments

Recent posts

Categories

Tags